Sunday, September 21, 2014

Le Luxembourg et son Eglise pauvre pour les pauvres


Crépuscule sur un Concordat. Photo ET
























Le Luxembourg et son Eglise pauvre pour les pauvres

Le Pape François disait, lors de sa première conférence de presse, qu’il portait dans son cœur le désir d’une « Eglise pauvre pour les pauvres ».

Pour y parvenir au Luxembourg, il nous faudra trois ans, selon l’Archevêque de Luxembourg, et seulement à partir du moment quand la séparation de l’Eglise et de l’Etat est parfaite.  Selon lui, sans l’obole du contribuable, l’Eglise sera au bord de la faillite dans trois ans. C’est-à-dire elle sera pauvre comme 15% des Luxembourgeois le sont. Et aussi pauvre que le voudrait la vision de Jorge Begoglio, 266e chef de l’Eglise, le Pape François. Tout comme l’Archevêque  de Luxembourg, qui a fait part aussi de son inquiétude et de sa profonde réflexion quant au manque de dynamisme et au côté vieillot de L’Eglise d’Etat luxembourgeoise, je me suis réjoui aussi de cette nécessaire remise en question. Prise à bras le corps, la séparation de l’Eglise et de l’Etat sera l’opportunité de redynamiser les vrais fidèles. Et il convient de féliciter notre gouvernement, qui a réussi à faire de la séparation de l’Eglise et de l’Etat une priorité, confirmée, helas sans plus de précision l’autre jour par Etienne Schneider, Vice-Premier Ministre.

En amalgamant ainsi trois visions, celle du Pape, de l’Archevêque et du Gouvernement, c’est à première vue l’Archevêque qui perd. Je ne peux être accusé d’avoir commis un sophisme en interprétant ce qui est dit en faveur de l’un des deux jésuites. Non, pas Monsieur Schneider, mais le Pape et l’Archevêque.

Quant à M. Schneider, lui, il ne connait pas ses Ecritures. Sinon il aurait eu une réponse recta pour expliquer les modalités de cette future séparation, se traduisant pour l’Eglise surtout par la perte du denier du contribuable. Je connais les Ecritures par contre, enfoncées dans mon crane et dans ceux de mes camardes de classe, les deux testaments en même temps par le curé de Beckerich, à grands coups de gifles sonnantes et libératoires (pour lui). J’étais même enfant de chœur, enrôlé par je ne sais qui. De cette science infuse jaillit la réponse à la question escamotée : qui paye pour les besoins bassement matériels de L’Eglise si l’Etat ne la fait plus ?  Mais ce sont les fidèles, qui selon les Ecritures paient la dîme, c.à.d. 10% de leur revenu. Le mot « dîme » désigne une offrande matérielle de 10% (dix pour cent) du revenu ou biens acquis. Ainsi Abraham offrit la dîme à Melchisédech, prêtre du Très-Haut. En luxembourgeois, ce sera le « Zéngten ».

Oh, on peut payer plus de 10%. Il peut y avoir des discussions à ce sujet au sein de la paroisse, et pour des cas de rigueur on sera plus indulgent que ce M. Heintz des Contributions au Luxembourg. Cette pratique de la dîme est un succès pour les multiples églises qui existent aux Etats-Unis, depuis les  Catholiques aux Luthériens et aux Mormons. On y pratique la dîme, « tithe » en anglais. Elle est à la base du dynamisme étonnant des religions dans ce pays. Mais il faut que Monsieur le curé se décarcasse, et Dieu l’aidera. C’est ainsi que la paroisse offre outre ses services spirituels toutes sortes de services, de loisirs et de distractions, sources aussi de revenus (exempts d’impôt pour l’Eglise). Tenez, j’ai participé hier à une réunion on ne peut plus séculaire dans les locaux de la paroisse Saint Jean l’Evangéliste. Et ce sera pour le plus grand bien de l’entreprise, qui se transforme ainsi aussi en Club social, et arrondit ses fins de mois.


Reste à M. Schneider et ses paroissiens au gouvernement d’accepter tout béatement ce qui est écrit : la dîme est une affaire entre le fidèle et son Eglise. Bonne nouvelle, n’est-ce pas ? Une fois la séparation décidée, vous ne vous occupez de rien d’autre que de réduire les impôts. Pas question pour vous de délibérer sur une solution opt-in ou opt-out d’un impôt de l’église. Ce sera l’affaire de l’église de compter ses brebis.  



1 comment:

  1. Bonjour tout le monde
    Je m'appelle Mme Martine Pelosse , je vis au Québec et je suis une femme heureuse aujourd'hui. Ceci grace à un vrai preteur qui a sauvé ma famille et moi d'une situation financière très compliquée. Alors je recommande à toute personne recherchant un prêt vers lui , il m'a donné du bonheur à moi et ma famille, j'avais besoin d'un prêt de $ 300,000 pour les besoins de ma famille car je suis une veuve de quatre enfants . J'ai rencontré cet honnête prêteur qui m'a aidé avec un prêt de $300,000 , il est un homme craignant DIEU. Si vous avez besoin de prêt, s'il vous plait contactez-le, dites lui que Mme Pelosse qui vous a référé à lui. Contactez M. LAGACE par courriel : guylagaceloan@gmail.com

    Bien à vous.

    ReplyDelete